La langue soninkée

Enfant en apprentissage

Enfant soninké apprenant l’écriture.

Comme le peuple lui-même, la langue soninké se décline sous plusieurs vocables : sarakholé, sarakolé, sarakule, marka, maraka, sarawule, soninkan digaamu, etc. C’est une langue du groupe mandé, une sous-catégorie des langues nigéro-congolaises. Pour l’essentiel, son lexique se compose de racines mandées, même si on note des emprunts au bambara, à l’arabe ou au français.

Le soninké s’écrit par l’alphabet latin (augmenté de quelques caractères supplémentaires) ou en caractères arabes. Son alphabet latin est officiel au Mali depuis 1982. Au Sénégal, il fait partie des six langues promues au rang de langues nationales ( avec le wolof, le peul, le sérère, le diola, et le malinké) depuis 1971, par un décret présidentiel, et enseignées depuis 1978.

Au départ, les alphabets soninkés de ces deux pays comportaient quelques différences. Mais divers séminaires sous-régionaux (dont celui du 27-30 novembre 1995, l’un des premiers) ont permis d’harmoniser l’orthographe du soninké. L’alphabet suit les mêmes règles au Mali, au Sénégal et en Mauritanie.