Sénégal

 


  • Le Sénégal, en forme longue la République du Sénégal, est un pays d’Afrique de l’Ouest. Il est bordé par l’océan Atlantique à l’ouest, la Mauritanie au nord, à l’est par le Mali, la Guinée et la Guinée-­Bissau au sud. La Gambie forme une quasi-enclave dans le Sénégal, pénétrant à plus de 300 km à l’intérieur des terres. Les îles du Cap-­Vert sont situées à 560 km de la côte sénégalaise. Le pays doit son nom au fleuve qui le borde à l’est et au nord et qui prend sa source dans le Fouta-Djalon en Guinée. Le climat est tropical et sec avec deux saisons : la saison sèche et la saison des pluies.
  • Le Sénégal a une importante façade maritime à l’ouest avec l’océan Atlantique (530 km de côtes). Le fleuve Sénégal constitue une frontière au nord avec la Mauritanie et à l’est avec le Mali. Au sud-est, la frontière avec la Guinée est traversée par les contreforts de la montagne du Fouta-Djalon et au sud-ouest avec la Guinée-­Bissau par une forêt tropicale. La Gambie forme une enclave et sépare la région de la Casamance du reste du pays.
  • Le territoire sénégalais est compris entre 12°8 et 16°41 de latitude nord et 11°21 et 17°32 de longitude Ouest. Sa pointe ouest (la presqu’île du Cap-­Vert) constitue la partie la plus occidentale de toute l’Afrique continentale. La ville de Dakar qui y est située bénéficie du climat le plus doux du pays.
  • Le pays s’étend sur 196 722 km2. Sénégal – Wikipédia
  • Sénégal, pays d’Afrique de l’Ouest, ouvert sur l’océan Atlantique. Sa capitale est Dakar.
  • Le Sénégal est un État unitaire, composée de dix régions (chaque région est administrée par un gouverneur et dispose d’une assemblée régionale).
  • Le Sénégal est bordé à l’ouest par l’océan Atlantique, au nord par la Mauritanie, à l’est par le Mali, au sud par la Guinée-Bissau et la Guinée. Dans le sud du pays, la Gambie constitue une enclave tout en longueur. Ancienne colonie française, devenu indépendant le 20 juin 1960, le pays joue depuis cette date un rôle important dans la région et plus globalement sur le continent africain. Sénégal – Encarta

Relief et hydrographie

  • Le Sénégal couvre une superficie de 196 722 km². Le pays est couvert de plaines ondoyantes ne dépassant guère quelques dizaines de mètres au-dessus du niveau de la mer. Les contreforts du Fouta-Djalon, au sud-est du pays, culminent à 494 m dans la région de Kédougou ; les collines du Fouta-Toro, dans l’Est, bordent la vallée du fleuve Sénégal. Sur la côte, à l’extrémité de la presqu’île du Cap-Vert, les collines volcaniques des Mamelles atteignent 104 m ; dans le reste du pays, quelques grandes dunes donnent l’illusion d’un relief. Les côtes, d’une longueur totale de 531 km, présentent une large diversité. Elles sont sableuses, rectilignes et basses, de l’embouchure du Sénégal à la presqu’île du Cap-Vert. Celle-ci, qui forme l’extrémité occidentale de l’Afrique à la pointe des Almadies, est rocheuse, découpée et accompagnée d’îles (Gorée, Ngor) et d’îlots (les Madeleine, Yoff) ; elle est dominée par une corniche d’une dizaine de mètres de hauteur. La baie de Dakar est l’une des plus amples et des mieux protégées du continent. Au sud, le rivage est bas, parfois marécageux et bordé de mangroves à l’embouchure des cours d’eau.
  • Le fleuve Sénégal, qui a donné son nom au pays, forme la frontière avec la Mauritanie ; son principal affluent, la Falémé, marque les limites avec le Mali dans sa presque totalité. Au centre, le Saloum reçoit son affluent le Siné peu avant son embouchure et se jette dans la mer par un long estuaire encombré de mangroves et d’une végétation inextricable (forêt des îles du Saloum). Le cours supérieur du fleuve Gambie, dont la source se trouve en Guinée, traverse la région forestière et accidentée du Niokolo Koba. Au sud, la Casamance arrose la province du même nom. Ces fleuves sont sujets aux variations saisonnières, en particulier le Saloum, né au centre du pays dans une région affectée par la sécheresse. Ils ne sont navigables qu’en pirogue pendant les basses eaux, sauf le bras principal du Sénégal qui a été aménagé pour permettre l’irrigation de son delta (barrage de Diama à 25 km en amont de Saint-Louis). Sénégal – Encarta

Climat

  • Le climat est de type désertique dans le Nord, et de type tropical dans le Sud, avec :
    • une saison des pluies de juin à octobre avec un pic en août, septembre est variable selon la latitude (moins de précipitations dans le Nord que dans le Sud). C’est la période des moussons. On ne peut parler de vraie saison des pluies que dans la Casamance, seule région où il y a aussi des forêts dignes de ce nom ;
    • une saison sèche de novembre à juin avec des alizés continentaux, avec des températures comprises entre 22 °C et 30 °C, comportant des variations importantes entre le littoral et l’intérieur
  • Les températures suivant les saisons :
    • en été, période de pluie, souvent appelée abusivement « hivernage » depuis la période coloniale, les températures sont à leur maximum ;
    • mais sont au minimum en cette période dite aussi, abusivement hiver aux mois de janvier-février. Par contre, on remarque des précipitations plus marquées du sud au nord
  • Sur le littoral, la mer (avec le courant canarien froid) apporte de la fraîcheur, les températures sont de l’ordre de 16 °C à 30 °C mais le centre et l’Est du Sénégal peuvent avoir des températures allant jusqu’à 46 °C. Sénégal – Wikipédia

Diversité climatique

  • De manière générale, l’Ouest du pays, représenté par le littoral, connaît des températures plus fraîches que l’Est grâce à l’océan. Le centre et l’Est du pays connaissent des températures continentales très chaudes pendant la journée, et fraîches la nuit.
  • Du Nord au Sud, il existe cinq types de domaines climatiques appartenant au climat tropical :
    • Dans la zone sahélienne, au nord dans la région de Saint-Louis, une végétation typique du Sahel représente le domaine de la steppe arborées ou arbustives. De nos jours, la désertification touche cette zone. L’Acacia Sénégal est l’arbre le plus présent avec quelques baobabs ;
    • Dans la zone sahélo-soudanienne, qui s’étend sur les régions de Dakar, Thiès, Diourbel, Louga, Matam, la steppe fait place à la savane arborée et sèche. Le baobab, l’acacia et le fromager y sont les arbres dominants ;
    • dans la zone soudanienne, vers les régions de Fatick, Kaolack, tout le nord et le centre de la région de Tambacounda, la végétation de type savane, est beaucoup plus dense que dans la précédente zone : les arbres y sont beaucoup plus présents, et des forêts clairsemées apparaissent. Baobabs, acacias, fromagers et palmiers sont les arbres dominants dans cette zone ;
    • Dans la zone soudano-guinéenne, au nord des régions de Ziguinchor, Kolda, et au sud de la région de Tambacounda, les forêts sont très présentes ainsi que de grandes savanes très denses. Les arbres sont variés : baobabs, fromagers, palmiers, filaos et rôniers ;
    • la zone guinéenne, à cheval sur le Sud des régions de Ziguinchor et Kolda. Étant la zone la plus humide, les forêts y sont denses. Tous les arbres du Sénégal y sont présents. Sénégal – Wikipédia
  • Le climat est tropical. Il se caractérise par une longue saison sèche de novembre à juin et une saison humide de juillet à octobre, plus longue en Casamance. Cependant, la côte (de Saint-Louis à la presqu’île du Cap-Vert) est soumise à l’alizé durant la saison sèche. La température diurne moyenne est de 23,3 °C en janvier, et de 28,3 °C en juillet. Les précipitations annuelles sont plus importantes dans le Sud, avec une moyenne de 1 400 mm, et chutent considérablement dans le Nord, avec moins de 381 mm. Au centre des régions non soumises à l’influence marine, le Ferlo est une vaste plaine en voie de désertification que la sécheresse de ces dernières décennies, accentuée par l’harmattan soufflant du désert, a transformée en une plaine de poussière. Sénégal – Encarta

Réserves et parcs nationaux

  • Parcs et réserves naturels représentent 8 % du territoire national. Ils jouent un rôle majeur dans la préservation de l’environnement et contribuent de manière significative à l’essor touristique.
  • Dans ces aires protégées on dénombre au total 169 espèces de mammifères et 540 espèces d’oiseaux.
  • Le Sénégal compte six parcs nationaux : le Parc national du Niokolo­ Koba dans l’Est du pays ; le Parc national des oiseaux du Djoudj ; le Parc national de la Langue de Barbarie dans la région de Saint-Louis ; le Parc national des îles de la Madeleine au large de Dakar ; le Parc national du delta du Saloum dans le Sud, ainsi que le Parc national de la Basse-Casamance, fermé depuis quelques années en raison des troubles dans la région.
  • Le pays compte également une trentaine de réserves naturelles de plus petite taille, telles que le Parc forestier et zoologique de Hann à Dakar, la Réserve de Guembeul, la Réserve de Bandia, la Réserve naturelle de Popenguine ou l’Aire marine protégée de Bamboung. Sénégal – Wikipédia

La faune et la flore

  • Le nord du pays fait partie du Sahel, une zone transitoire entre le Sahara et les savanes plus humides. Dans cette région, la savane arborée qui dominait autrefois, laisse de plus en plus place à une savane arbustive, voire à une steppe à épineux, sous l’effet de la désertification. Ne subsistent que quelques îlots de forêt résiduelle et des baobabs. La forêt-galerie borde le fleuve Sénégal et ses différents bras aux cours erratiques. Plus au sud, dans la région du fleuve Gambie, les arbres sont plus nombreux et les forêts-galeries plus denses aux embouchures. La mangrove borde les rives des fleuves dans la partie de leur cours qui subit des remontées maritimes. L’extrême-sud du pays, en bordure de la Guinée-Bissau, est occupé par une forêt tropicale dense et humide, où poussent différentes essences telles le palmier à huile, l’acajou et le teck, importé d’Asie pour le bois d’œuvre. La faune est assez diversifiée ; les grands mammifères sont rares et les éléphants, les lions, les guépards et les antilopes sont principalement retranchés dans le sud- est du pays, peu peuplé (parc du Niokolo Koba). Hippopotames et crocodiles vivent dans les cours d’eau du Sud. Le pays compte de nombreuses espèces de serpents, parmi lesquelles le cobra et le boa. Le delta du Sénégal est le paradis des oiseaux, en particulier des migrateurs européens. Des lamantins remontent parfois le cours du fleuve.